Les Tun Mi Lung, également connus sous le nom de dragons des typhons provoquent par plaisir des ouragans et des typhons. Ils se lancent parfois dans des orgies de destruction afin de ravager les cotes des pays chauds par pure malveillance. Leur puissance est telle que seuls les T'ien Lung arrivent à les ramener au calme.

Les Tun Mi Lung sont les plus grands des dragons orientaux, et ont un long corps sinueux couvert d'épaisses écailles de diverses couleurs, le bleu-vert, le rouge sombre et le violet étant parmi les plus fréquentes. Ils ont des yeux en vrille, une barbe qui file et qui pend sous leur menton et une énorme mâchoire flanquée de dents crochues tranchantes comme des rasoirs. Bien que dépourvus d'ailes, les Tun Mi Lung peuvent voler grâce au pouvoir d'une perle noire enchâssée dans leur cerveau.

Les Tun Mi Lung parlent leur propre langue, celles de toutes les créatures aquatiques et toutes les langues humaines;

Si c'est possibles, les Tun Mi Lung attaqueront toujours avec leur pouvoir de vent divin, accompagné de sorts d'éclair si nécessaires. Autrement, ils ont recours au combat de mêlée, d'abord en lançant un sort de ténèbres puis en déchirant et donnant des coups de dent. Les Tun Mi Lung sont physiquement incapables de donner des coups de pattes efficaces, mais ils peuvent donner des coups de queue terribles.

Depuis leur naissance, les Tun Mi Lung peuvent à la fois respirer l'eau et l'air. En outre, ils peuvent invoquer un vent divin d'une force immense. Ces vents font automatiquement chavirer les gros bateaux, peuvent faire craquer les troncs d'arbre et faire tomber au sol des victimes de taille humaine. Les créatures en train de voler sont soufflées très loin en arrière.

On ne sait rien de concluant sur les antres des Tun Mi Lung, quoiqu'on pense qu'ils entretiennent de somptueux palaces au fond des océans. Leurs antres se trouvent probablement dans des zones isolées puisque les créatures des mers plus paisibles et plus cultivées ne les aiment pas. Les Tun Mi Lung passent la plupart de leur temps à parcourir le littoral de haut en bas, ou à tournoyer dans les cieux au large de l'océan, généralement au centre de vents divins de leur propre création, qui se déplacent avec eux pendant leur voyage.

Les Tun Mi Lung évitent la compagnie des autres créatures, y compris celle des autres Tun Mi Lung. Les femelles abandonnent leurs petits dès qu'ils éclosent ; la mortalité infantile est élevée, ce qui explique la relative rareté de cette espèce.

Quand il est question de nourriture, les Tun Mi Lung sont les moins difficile de tous les dragons orientaux, et adorent autant le poisson, les pierres précieuses et les navires chavirés. Ne tenant pas compte des revendications territoriales des autres dragons, les Tun Mi Lung sont particulièrement mal aimés par les sillonneurs des mers que sont les Lung Wang.

Voici quelques illustrations de dragons Tun Mi Lung :









Copyright © Dragon-Céleste 2008 - 2017 | Design by Design-Graph